La Générale des Eaux ne peut pas se prévaloir de ses propres turpitudes au détriment des clients victimes.

Publié le Mis à jour le

Communiqué de presse

par Collectif Citoyens Guadeloupe (CCG971)

www.ccg971.wordpress.com    association.ccg971@gmail.com  www.facebook.com/ccg971

La Générale des Eaux ne peut pas se prévaloir de ses propres turpitudes au détriment des clients victimes.

Considérant :

  • les propos du directeur de la Générale des Eaux sur Guadeloupe 1ère TV du mardi 12 juillet 2016 au JT de 19h30;
  • le communiqué de la GDE mettant en cause la probité des Guadeloupéens Clients de l’eau ;
  • la rupture par la GDE de la facturation des clients pendant plusieurs années ;
  • la reprise de cette facturation en cascade en rattrapage de l’incurie de la GDE ;
  • les actes de la GDE par huissier de justice pour récupérer des fonds sans prise en compte du bien-fondé des dites factures ;
  • que l’histoire explique le présent et qu’on ne peut pas balayer d’un revers de main le passé, comme a voulu le faire le directeur de la GDE ;
  • l’absence d’eau dans les robinets des Citoyens de Guadeloupe;
  • les factures fantaisistes pratiquées par la GDE ;
  • la présence en responsabilité de l’eau en Guadeloupe par la GDE depuis 40 ans ;

Collectif Citoyens Guadeloupe a décidé au nom des Contribuables, des Consommateurs, des 400 000 Utilisateurs et Clients de l’eau en Guadeloupe, de demander l’ouverture d’une instruction judiciaire via une procédure appropriée pour « harcèlement moral et tentative de holdup et extorsions illégales de fonds en bande organisée ».

Le 13 juillet 2016

Pour Collectif Citoyens Guadeloupe

Le Président

Harry OLIVIER

Port. 0690 565 120

Publicités

Tentative de Corruption ? LES SECRETS D’ALCOVE SUR GUADELOUPE TV 1ère

Publié le

Tentative de Corruption ?

www.ccg971.wordpress.com    association.ccg971@gmail.com  www.facebook.com/ccg971

LES SECRETS D’ALCOVE SUR GUADELOUPE TV 1ère

Hier Mercredi 29 juin 2016, notre chaine publique locale a commenté une procédure judiciaire en cours concernant les démêlés judiciaires successifs  et récurrents d’un « pro »  en matière de « gadè zafè ».

La chose pourrait paraître banale, surtout quand on lit dans la presse quotidienne locale la floraison de publicités payantes dont ces « pros » inondent les lecteurs.

Mais quand le commentateur nous livre les noms d’Elus qui sont déclarés « ses » clients par ce « pro » agissant avec usurpation de l’identité de responsables connus pour leurs fonctions administratives ou judiciaires, il y a lieu d’être interpellé et alors être en droit de se poser quelques questions :

  • Les dénonciations ou aveux de ce « pro» ont-ils été vérifiés? Ce qui serait la logique, puisqu’il a été incarcéré et même réincarcéré.
  • Ces abus de confiances et usurpations d’identité feront-ils aussi dépôt de plaintes de la part des intéressés en question?
  • Ces usurpés d’identité, sont-ils de quelque manière en charge des dossiers de ces Elus ? Qui a donc violé le secret de l’instruction ?
  • Si ces démarches engagées par ces Elus auprès de ce « pro», contre rémunérations versées, sont avérées exactes, n’y aurait-il pas là, matière à penser à une tentative de corruption de fonctionnaires ? Qui dès lors doit engager les poursuites ?

Il est évident que le commentateur  sur le plateau de Guadeloupe TV 1ère  n’ayant sans doute pas toutes les informations juridiques du dossier, n’a pas osé poser ces questions, de peur d’être lui-même châtié.

Mais en tant que Citoyens, pourquoi ne pas inviter nos responsables de la Justice à nous donner les réponses ?

C’est ce que nous faisons par ce bref communiqué, surtout que le Chef de la Justice au plan national,  Le Garde des Sceaux, est dans nos eaux de l’Ile d’Emeraude.

Le 30 Juin 2016

Pour Collectif Citoyens Guadeloupe

Le Président 

Harry OLIVIER

Port. 0690 565 120

Le pdf de cet article: Les secrets d’Alcove sur Guadeloupe TV 1ère 29 6 16

Le bulletin d’adhésion: CCG-Bulletin_d_adhesion-v1.0

L’insolence politique sans limite

Publié le

L’insolence politique sans limite

www.ccg971.wordpress.com    association.ccg971@gmail.com  www.facebook.com/ccg971

La Respectabilité de la Chambre Régionale des Comptes  AG

Ce lundi 27 juin 2016, au journal télévisé de Guadeloupe 1ère de 19h30, nous apprenons que la Chambre Régionale des Comptes (CRC) a rendu un rapport montrant  les mauvais résultats de gestion de la Ville de Basse Terre.

La Maire conteste ce rapport et laisse à penser que cette institution écrit des insincérités.

  • Les élus ont pris l’habitude de décrier les rapports de la CRC.

On se rappelle en mars 2013, le Président du SIAEAG disait sur le même plateau télévisé de Guadeloupe 1ère qu’il s’insurgeait contre le rapport de la CRC et à l’entendre le Citoyen non averti pourrait penser que la CRC n’est pas fiable dans ses actes.

Il n’y a pas longtemps que la Maire de Sainte-Rose avait le même comportement, elle décriait le rapport de la CRC et mettait en cause le bien-fondé.

Dans ces trois cas nous constatons que ce sont des Collectivités ou Syndicat qui sont frappés de mauvaise gestion des fonds publics, de l’argent des Contribuables.

Il convient de rappeler le fonctionnement de nos institutions.

Le Citoyen a deux représentants chargés de veiller sur la bonne gestion des fonds mis entre les mains des Elus à savoir :

  • Le Préfet représentant l’Etat donc le Citoyen assure le contrôle de légalité des actes des Elus ;
  • La Chambre Régionale des Comptes est investie d’une triple compétence) :
    • Jugement des comptes des comptables publics;
    • Examen de la gestion des Collectivités publiques ;
    • Contrôle budgétaire des Collectivités territoriales et de leurs Etablissements publics (L.1612 du CGCT).

Ces deux acteurs peuvent engager des poursuites devant les juridictions judiciaires contre les responsables des Collectivités et autres EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale)

Peut-on imaginer que la CRC pourrait transmettre au Procureur de la République un dossier qu’elle considère relevé de la justice et que ce dossier puisse être classé sans suite ?

  • La procédure d’intervention de la CRC

Il faut rappeler que la CRC quand elle est saisie par le Préfet notamment d’un dossier concernant nos collectivités et autres EPCI, après analyse et enquête généralement auprès des services administratifs de la Collectivité en cause, remet un pré-rapport au responsable de la Collectivité.

A ce stade commence la période contradictoire au cours de laquelle le responsable de la Collectivité apporte tous les arguments qu’il considère pouvoir changer les conclusions de la CRC.

Quand l’Avis de la CRC devient public cela signifie que le contenu est reconnu valide de vérité et que les responsables n’ont pas été en mesure de démontrer le contraire du contenu du rapport.

Alors comment expliquer ces accusations des Elus contre la CRC, à les croire les magistrats de la CRC seraient  des gens pas sérieux ?

Mais, Nous Citoyens Nous croyons en Nos institutions, Nous pensons que les Magistrats de la CRC disent la vérité mais Nous sommes frappés d’incertitudes. Nous disons pourquoi la CRC n’agit pas en diffamation devant  les juridictions adaptées.

Peut-on imaginer que la CRC pourrait transmettre au Procureur de la République un dossier et que ce dossier puisse être classé sans suite ?

Le 27 Juin 2016

Pour Collectif Citoyens Guadeloupe

Le Président 

Harry OLIVIER

Port. 0690 565 120

le pdf de cet article: L’Insolence politique sans limite

le bulletin d’adhésion: CCG-Bulletin_d_adhesion-v1.0

De la Mauvaise Gestion de l’Eau en Guadeloupe,

Publié le

De la Mauvaise Gestion de l’Eau en Guadeloupe, au Pillage du Contribuable, Client, Consommateur et Usager.

www.ccg971.wordpress.com    association.ccg971@gmail.com  www.facebook.com/ccg971

A L’EAU A L’EAU…..    ET MAINTENANT ?

Ce titre du quotidien de ce 9 juin 2016 en dit long sur ce qui est possible de se passer dans les jours, semaines ou mois à venir.

Qu’ont donc signé ces 12 organismes ou représentants officiels et personnalités qui ont « dialogué » en Préfecture pour trouver « LA » solution au conflit de l’eau qui est un roman feuilleton à épisodes et rebondissements , au gré des scénaristes, metteurs en scène, acteurs et « spectateurs ou figurants » , qui ne se lassent pas de revenir devant les caméras ?

Rien à craindre, ils seront tous indemnisés en tant qu’intermittents du spectacle, le gouvernement en a décidé ainsi et chose promise, sera donnée.

Mais qu’en est-il de nous Usagers, Contribuables, Clients, Consommateurs mis en pénurie de force et non de gré, « cochons de payants » obligés qui sommes mis en demeure de verser dans le tronc sans fond de ces organismes en attente de droits d’auteurs, des montants inimaginables pour service non rendu ?

  • Qu’est-ce donc qui a été décidé pour que tous les acteurs de ce mélodrame crient victoire à leur manière ?

 

Nous avons lu et relu les protocoles signés et avec le décodeur spécial des blablas d’une grande majorité des élus et autres spécialistes, nous avons cru pouvoir déchiffrer le résumé des pensées profondes des « protagonistes » ou « belligérants » ce qui permis aux metteurs en phrases et en pages avant signatures et mise sous presse de titrer « protocoles version 1 et 2 ».

En résumé, ils   ont tous voulu dire, par les protocoles signés avec fierté :

«  Soyez sans crainte, braves syndicalistes, braves et gogos de consommateurs et usagers du SIAEAG ou autres, nous avons mis en place les moyens d’avoir des fonds suffisants pour payer jusqu’à plus soif, tous ceux et celles qui ont gagné le bénéfice d’un nouveau contrat de travail CDI confortant leurs situations passées et celles à venir.                                                                                        Ces travailleurs inamovibles feront tout pour que l’eau coule au robinet, que les trous des canalisations soient en 10 ans colmatés, et qu’enfin les dirigeants des structures uniques ou iniques ne soient plus dérangés dans leurs autres occupations, leurs missions parisiennes sportives ou de spectateurs officiels tel Roland Garros,  et cela par des réclamations d’usagers indigènes ou allogènes, plaignants. Ouf, nous avons sauvé la Guadeloupe et pouvons reprendre nos habitudes polypostes élus jusqu’à plus soif aussi. »

C’est en réalité grâce à ces pensées profondes qui ont agité durant toute une journée nos édiles, que les spécialistes de l’écriture de ce haut lieu de l’Administration Locale, ont pu soumettre au seuil de l’heure du sommeil des justes, ces propositions qui ne pouvaient que faire l’unanimité exprimée par ces 12 signataires de ces deux protocoles brandis avec fierté par certains uns et autres.

Une chose est certaine, l’avancée sociale des personnels des Collectivités Territoriales est maintenant assurée et il ne sera plus nécessaire aux grévistes actuels de se perdre en longues journée de négociation, il suffira de prononcer et réclamer « même régime que salariés du SIAEAG qui sont aussi clients et ressortissants du CNFPT».

Pas besoin d’aller quérir quelque spécialiste universitaire ou non , politologue ou non , élu Président ou non et directeur du CNFPT ou de la DIECCTE pour juger des revendications, elles seront d’office après cette mémorable séance préfectorale du 7 Juin 2016, après celle non moins mémorable du 18 décembre 2014, considérées comme justes et valables pour s’imposer aux CONTRIBUABLES garants des ressources que savent utiliser les représentants démocratiquement choisis  en poste et employeurs de ces personnels de collectivités territoriales.

  • Que pouvons-nous dire d’autre ?

 

Ah Oui, il semblerait que lors des mondanités et réceptions festives à l’occasion du Congrès des Maires à Paris, la Ministre de la rue Oudinot a soumis aussi son projet aux élus, qui ont tous signé la création de LA proposition qui mettra fin aux difficultés que connait la Guadeloupe pour gérer l’Eau. BRAVO.

Mais pourquoi ces signataires, mandatés ou non, ne publient-ils pas ce qu’ils ont signé ?

Pourquoi faut-il deviner au travers des prises de paroles très ambigües ce qui devrait nous concerner tous ?

Toujours ce même désir de conserver pour eux seuls l’information et venir ensuite parader et donner photos à l’appui l’impression que la solution est la leur et que les « followers » de Facebook vont pouvoir les propulser sur le devant de la scène.

Si on doit réaliser des modifications de cette gouvernance de l’eau, rien n’est ni tabou, ni impossible.

Tout peut être envisagé, étudié et mis au point tant juridiquement, administrativement et surtout au bénéfice des usagers, cela avec les compétences et expertises dont disposent des Hommes de Guadeloupe.

Faut-il rappeler que « deux domaines où l’Homme ne sait pas agir c’est empêcher la TERRE de tourner autour du SOLEIL et la LUNE autour de la TERRE ».

Alors celles et ceux qui pensent, après le pèlerinage de Paris, avoir découvert le fil à couper le beurre à la Préfecture, devraient être plus modestes et mieux réfléchir à leurs solutions magiques.

Seule la concertation OUVERTE, est susceptible de porter des idées à mettre en forme et créer une dynamique qui ne sera plus l’émergence de propositions politiciennes, mais la volonté de mettre en œuvre une solution acceptée. Alors au travail mesdames et messieurs, les Citoyens sont prêts à vous accompagner, si vous cessez de les écarter.

Proposition du Collectif Citoyens Guadeloupe

1 – Situation de la gestion de l’eau

Orchestré par un millefeuille administratif composé de multiples entités, 7 syndicats, 5 Communautés d’Agglomération, 1 Communauté de Communes à Marie-Galante, Office de l’eau, Bassin de l’eau…, la gestion de l’eau en Guadeloupe est un échec.

Tous les accords signés actuellement ne font que reproduire ce qui a échoué depuis 30 ans

Les mêmes causes auront les mêmes effets dans les années à venir.

2 – Organisation

  • 21 – Pour harmoniser et rendre efficient la gestion de l’eau, il est vital d’avoir un ORGANISME UNIQUE de gestion de l’eau qui traite l’eau :

Depuis le Captage de l’eau dans la rivière ou les forages des nappes souterraines >>> le Transport >>> la Distribution en eau agricole et en eau potable >>> jusqu’à l’Assainissement (CTDA).

Assainissement pour une maitrise des Stations de Traitement des Eaux dans le cadre de la démarche de développement durable et ainsi respecté la directive cadre européenne sur l’eau d’octobre 2000.

Plus l’organisme est important plus il a les moyens économiques d’agir en terme d’économies d’échelle.

  • 22 – Une facturation UNIQUE et réelle.
  • 23 – Un Prix UNIQUE de l’eau potable d’une part et de l’eau agricole d’autre part, dans un esprit de solidarité du territoire de la Guadeloupe.

3 – Gestion Mixte

La proposition découle d’un concept à savoir dès qu’il existe un CLIENT, un USAGER, un UTILISATEUR, un CONTRIBUABLE, l’organisme qui gère la prestation, en l’occurrence l’eau, doit être de composition MIXTE dans l’organe de décision.

C’est la gestion en 4 quarts avec 25% de représentants d’élus, 25% des clients, 25% des salariés et 25% des socio-professionnels.

Cette formule engage la responsabilité partagée de chacun et collectivement. Ce n’est plus un Clan, c’est une équipe de composition variée et en responsabilité.

Ce sont les Clients qui paient les factures des consommations et les Contribuables qui financent les participations de l’Etat et non les élus.

A ce titre les élus ne doivent plus gérer SEULS les affaires de la Cité.

Le citoyen ne doit rien à un élu. Les 400 000 Usagers et Utilisateurs de l’eau ne doivent rien aux élus qui ont échoué dans la gestion qu’on leur a confiée et ils ne peuvent donc pas accepter de leur confier à eux SEULS à nouveau cette mission.

Il faut arrêter l’insolence politique des élus qui pensent pouvoir échouer dans les missions confiées et pouvoir encore décider SEULS.

4 – Financement MIXTE

L’organisme UNIQUE de gestion doit avoir une forme juridique permettant la mobilisation de financement Public et Privé.

Il est judicieux d’intéresser le citoyen à la vie de la Cité et lui permettre d’apporter sa contribution en qualité d’actionnaire.

L’expérience a montré que faire participer le citoyen avait la vertu de le faire prendre soin du bien de même qu’être dans l’organe de décision engage sa responsabilité.

Ce mode de financement pourrait permettre d’avoir des moyens financiers plus vite.

5 – Aspect technique

Il faut abandonner le réseau actuel qui est vétuste et troué.

Il faut partir sur un Nouveau réseau indépendant de l’existant.

  • 51- Ce nouveau réseau nous l’appelons l’Autoroute de l’Eau connecté à toutes les sources de captage pour avoir un réseau maillé. Quand il y a une panne sur un captage, il suffit de fermer cette source et le réseau continu à être alimenté par le reste des captages.
  • 52 – Avec de nouveaux matériels posés en aérien ou enterré en fonction de la topographie du terrain.
  • 53 – Avec contrôle intégré pour surveiller la pression, le débit ou les pannes d’alimentation éventuelle.

Le long de cette autoroute de l’eau qui transporte de l’eau non potable :

  • nous plaçons des usines de traitement d’eau pour avoir l’eau potable au plus près des besoins donc des zones d’habitation ce qui peut améliorer la qualité.
  • Nous distribuons de l’eau agricole à proximité des besoins des agriculteurs également. Ainsi nous éliminons les zones désertiques et un plus grand nombre d’agriculteurs est servi.

6 – Plan d’aménagement

            >>> Dans les logements individuels et collectifs ;

            >>> Dans les entreprises ;

  • Obligation d’avoir une Citerne de récupération d’eau de pluie pour alimenter :
  • Les sanitaires
  • Le nettoyage
  • L’arrosage des plantes et autres.
  • Obligation d’avoir des urinoirs pour les hommes, en effet un urinoir consomme ½ litre d’eau alors que le WC consomme 10 à 11 litres.

 

Ce plan doit être accompagné de mesures de financement :

  • Aides directes
  • Défiscalisation.

 

7 – Référendum

Pour une bonne adhésion des Citoyens, Clients, Contribuables, Consommateurs, nous demandons un référendum pour valider :

            71 – Création d’un Organisme UNIQUE de gestion de l’eau en Guadeloupe.

            72 – Gestion MIXTE en 4 quarts de l’organe de décision avec

            25% de représentants des Elus, 25% des Clients, 25% des Salariés et 25% des Socioprofessionnels.

Au suivant……. Il y a encore les déchets à traiter, les transports à régler, les besoins des chefs d’entreprises, qui ne pourront que se dépêcher de sortir les CCN (Conventions Collectives Nationales) afin de se mettre rapidement en règle pour ne pas être les empêcheurs de circuler librement, ou de tourner en rond…rond…rond.

Alors un grand bravo à ces sauveurs de la Guadeloupe.

Au fait devant quel Jury ces metteurs en scènes, spécialistes de scenarii bien huilés, et ces acteurs de premiers rôles devront-ils se présenter pour recevoir leurs palmes et autres rosettes à mettre à la boutonnière ?

Mais le temps des questions est fini, place aux réconforts cordiaux…….

Lamentin le 13 Juin 2016

Pour le Collectif Citoyens Guadeloupe

Le Président

Harry OLIVIER

Port. 0690 565 120

Objet : Qui sont les vrais responsables de la grève en cours au SIAEAG ?

Publié le

Monsieur le Préfet,

Depuis une semaine le conflit ou, selon la perception que l’on peut avoir, le roman feuilleton de l’eau occupe les medias et surtout les utilisateurs de ce précieux liquide qui en sont privés sans explications réellement crédibles.

Depuis Samedi 4/6/2016, en fin de journée de 24 heures, l’espoir repose désormais sur l’invitation du 7/6/2016 que vous avez adressée aux différents acteurs, metteurs en scènes et partenaires concernés pour un nouvel épisode qui se déroulera en Préfecture, sous votre autorité, c’est-à-dire, sous celle de l’Etat qui reprend la main.

Nous ne pouvons qu’espérer que l’épilogue sera connu au terme de cette rencontre, sauf si le script non encore écrit devait subir des rebondissements afin sans doute de prolonger la vie du feuilleton, qui semble passionnant pour ceux qui ne souffrent pas des turpitudes de ces mauvais acteurs.

Puisque nous évoquons la notion de script, ne pensez-vous pas qu’il serait utile que les Usagers/Contribuables/Clients, aient eux aussi le droit d’être destinataires des textes de ces accords soi-disant non respectés, qui motivent blocages du dialogue social, non-respect des obligations de continuité d’un service public, et demandes de règlements de sommes diverses, qui ne pourront une fois de plus qu’obérer les finances des Citoyens, soit directement, soit au travers les ponctions opérées sur les finances des collectivités alimentées par des impôts réclamés aux Citoyens ?

Il est vrai que certains ont une grande insolence à distribuer, sans retenus, l’argent qui appartient aux Contribuables.

Mais au fait, pourquoi y-at-il conflit, grève des salariés de l’eau ?

  • Parce que l’organisation de la gestion de l’eau, gérée par les élus SEULS depuis 30 ans a échoué.
  • Parce qu’il n’y a pas eu d’amortissement sur les investissements.
  • Parce que 60% de la production d’eau sont perdues à travers les tuyaux percés.
  • Parce qu’il n’y a pas d’eau dans les robinets des Clients, des Contribuables des Usagers, des Citoyens qui ont TOUS payés une facture, un impôt sans contrepartie.

 

Qui est responsable de cette situation ? Ceux qui ont mal fait et ceux qui ont laissé faire et qui continuent à parler en toupet et en toute liberté!

Pourquoi sur le site de la Préfecture, sur celui du SIAEAG, sur celui des communes concernées et pourquoi pas dans la presse locale, nous ne pourrions prendre connaissance de ces accords qui ont bien été signés par des responsables et donc en quelque sorte engagent aussi ceux qui ont eu par le suffrage universel la faiblesse ou l’autorité de confier à ces élus le droit de signer en leurs noms ?

Nous avons entendu avec intérêt le Ministre des Finances du Gouvernement déclarer que son souci était que grâce à la transparence, les conflits déclarés ou sous-entendus n’aient plus de raison d’être et donc que les citoyens soient bien informés de tout ce qui régit la fonction du gouvernement.

N’est-ce pas une très bonne occasion de démontrer à chaque Citoyen de Guadeloupe, que l’Etat, tutelle des collectivités encore dans des domaines comme celui de l’eau et des conflits, entend appliquer sans réserve cette notion de transparence et dès l’ouverture des négociations, tout sera intelligible et diffusé sans réserve ?

Nous espérons que ces interrogations, comme toutes celles que nous nous posons recevrons de votre part et de ceux qui vous accompagnent dans ces négociations un avis favorable, un écho positif et une suite conforme.

Avec nos remerciements pour votre constante attention à nos adresses,

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, nos respectueuses salutations

GERMILLAC-RICHARD

97129 LAMENTIN

harry.olivier@wanadoo.fr

Port. 0690 56 51 20

LAMENTIN le 6 Juin 2016

    Pour Collectif Citoyens Guadeloupe

Le Président

     Harry OLIVIER

  1. Cc: MM les Parlementaires,
  2. le Président du SIAEAG
  3. Mmes les Présidents des Communautés d’Agglomération
  4. le Président de l’Association des Maires de Guadeloupe

Mme la Ministre des Outre-mer

La gestion désinvolte des finances publiques en Guadeloupe

Publié le

La gestion désinvolte des finances publiques en Guadeloupe

www.ccg971.wordpress.com   association.ccg971@gmail.com www.facebook.com/ccg971

 

Nous avons évoqué à maintes reprises dans nos écrits l’incurie et la mauvaise gestion de la très grande majorité des élus de Guadeloupe dans les affaires de la cité et notamment dans :

           1 – le traitement des déchets;

            2 – l’organisation du transport public;

            3 – la gestion de l’eau.

A ceux précités, nous ajoutons un autre volet : celui de la gestion désinvolte des finances publiques en Guadeloupe.

Sur ce sujet, les propos du Président de la Chambre Régionale des Comptes des Antilles Guyane paru dans le France Antilles du 23/04/2016 sont édifiants et confirment la mauvaise gestion des élus de Guadeloupe notamment.

Nous pouvons y lire en synthèse :

  • Argent public mal utilisé 
  • Comportement désinvolte d’une grande frange de nos élus
  • Gestion communale souvent épinglée par l’institution
  • L’argent public ne va pas toujours là où il devrait aller
  • Des dépenses sont programmées sans se soucier des recettes
  • Des frais de fonctionnement dispendieux, sans compter
  • Le service payé grâce à l’impôt des citoyens n’est pas réalisé
  • L’embauche de complaisance de personnels
  • Des comptes insincères

Aussi Les trois-quarts des communes de Guadeloupe seraient en grande difficulté !

Les citoyens et contribuables que nous sommes sont exaspérés de cette situation récurrente qui menace la paix sociale et les équilibres économiques en Guadeloupe.

Nous reviendrons prochainement sur ces sujets pour vous faire partager nos réflexions et propositions pour amener nos élus à être responsables des conséquences de leurs actes et décisions.

Il est plus qu’urgent que chaque euro dépensé par une collectivité quelle qu’elle soit le soit à bon escient et justifiable auprès du citoyen et du contribuable.

 

Nous vous invitons à prendre connaissance de l’article que nous publions dans son intégralité.

2016-04-23-p5-Chambre régionale des comptes-L argent public est il bien géré

 

Pour le Collectif Citoyens Guadeloupe le 27 avril 2016

Le Secrétaire

Henry Roussel-Dupré

 

le pdf de cet article: CCG-HRD-La gestion désinvolte des finances publiques en Guadeloupe-2016-04-27

le bulletin d’adhésion: CCG-Bulletin_d_adhesion-v1.0